Arnica : tout ce qu’elle peut soigner

Visible auparavant dans les zones de moyenne montagne au sud d’Europe, d’Amérique et de la Russie, la plante vivace, nommée arnica, intervient en phytothérapie pour traiter des affections locales inflammatoires de type traumatique ou infectieux. Composée de principes antalgiques et anti-inflammatoire traditionnel, elle aussi est utilisée dans l’industrie pharmaceutique pour fabriquer des pommades et des onguents. Faisons un gros plan sur quelques vertus de l’Arnica à titre d’information.

Comment se décrit l’arnica ?

L’arnica est une plante vivace avec une hauteur de 30 cm environ. Elle pousse actuellement en France dans les pâturages, sur les parties siliceuses des montages. Elle se compose de feuilles ovoïdes, tannées et duveteuses. Elles sont aussi dotées de capitules de 6 cm de largeur et d’une couleur jaune-orangé. La rosette est la base de la fleur. Elle a un fruit en forme de graine qui est surmonté par un pappus, avec des soies brunes ou bien blanches. Cette fleur dégage un parfum léger suave. Sa cueillette se réalise au début d’une floraison, de mai à juin. Une dessiccation va rapidement intervenir après. L’arnica est une plante médicinale anciennement évoquée par les auteurs. Vous pouvez trouver quelques descriptions thérapeutiques des vertus de l’Arnica dans plusieurs traités médicinaux de la Grèce antique.

Que guérit l’arnica ?

L’arnica est une plante qui traite plusieurs maladies. Les vertus de l’Arnica sont notamment visibles dans le traitement des traumatismes cutanés, articulaires et musculaires, de première intention. Elle traite aussi des ecchymoses et des inflammations post-traumatiques ainsi que des pathologies de la veine. La teinture de la fleur est efficace pour traiter quelques infections inflammatoires ORL, les angines bactériennes et virales, les maux de gorge, les ulcères aphteux, les douleurs bucco-dentaires et les gingivites. L’arnica est bien décrite dans les études cliniques vu son atout antibactérien et anti-inflammatoire. Les vertus de cette plante sont aussi indispensables dans le traitement en externe, en tant que pommade, onguent, de teinture ou d’huile de massage. Son unique usage interne va notamment concerner une préparation en homéopathie faite par l’industrie pharmaceutique ou bien en officine. Les diverses molécules qui ont été synthétisées par l’arnica confèrent à la plante une utilisation bien précieuse en médecine. Parmi les principes actifs principaux, vous pouvez avoir le thymol, les flavonoïdes, les coumarines, les caroténoïdes et l’arnicine.

Comment le traitement fonctionne-t-il ?

Concernant les traitements des lésions traumatiques ou inflammatoires, l’arnica s’utilise selon quelques préparations précises. Vous pouvez l’utiliser comme infusion durant 15 minutes, avec 2,5 g de fleurs sèches, dans 100 ml environ d’eau à ébullition. Puis, laisser la tiédir et appliquer la compresse sur les lésions, quelques fois par jour. Si vous choisissez de faire une teinture, il vous faut 100 g d’arnicas déjà échées puis écrasées dans un litre d’alcool titrant de 50 ° au moins (eau-de-vie). Laissez macérer au soleil durant au moins 24 heures, puis filtrer et le conserver dans des récipients. Appliquez par jour cette teinture sur les lésions avec des compresses.

Comment bien choisir ses huiles essentielles ?
Où acheter vos produits Forever Living Products ?